La turbidité peut être définie comme la réduction de la transparence d’un liquide à cause de l’existence de particules non dissoutes. Elle renseigne sur la capacité d’un liquide à diffuser ou réfléchir de la lumière. Pratiquement, il est possible d’effectuer la mesure de la turbidité à l’aide d’un appareil nommé turbidimètre.

Le turbidimètre et ses fonctionnalités

Le turbidimètre est un appareil qui permet d’analyser la teneur en particules d’un fluide. Généralement, il est utilisé pour déterminer la turbidité de l’eau. Les turbidimètres existent sous différentes applications, selon la nature du traitement à effectuer. Il peut s’agir de traitement des eaux potables, des eaux résiduaires, pour la recherche microbiologique, des traitements de surface, etc.

Les turbidimètres sont parfois répartis en deux catégories. Cette répartition est fonction de la turbidité du fluide qu’on doit mesurer. Ainsi, il existe des fluides dont la faible turbidité permet une mesure par diffusion. S’agissant des fluides de forte turbidité, la mesure se fait par transmission ou absorption. En fonction de ces catégories de turbidimètres, des variations de sources, de récepteurs, du nombre de faisceaux, etc., peuvent être notées.

Le fonctionnement d’un turbidimètre s’effectue sur des principes optiques. Son utilisation permet de déterminer la diffusion de la lumière. Ainsi, cette diffusion de lumière prend en compte la réflexion, la réfraction, mais aussi la diffraction.

L’utilisation du turbidimètre

La mesure de la turbidité avec le turbidimètre consiste à déterminer le degré d’atténuation d’un faisceau lumineux pendant son passage à travers un fluide. Il peut également s’effectuer par la mesure de l’intensité du rayonnement diffusé.

Pour bien effectuer la mesure, il est important d’étalonner le turbidimètre. Cela consiste à contrôler les indications en faisant des comparaisons avec d’autres solutions pour assurer la fiabilité des résultats. Ainsi, il existe différentes méthodes d’étalonnage selon les appareils, mais le principe reste le même.

La mesure avec un turbidimètre peut se faire en ligne ou en dérivation. En effet, l’appareil doit être implanté de sorte à éviter tout dysfonctionnement susceptible d’être induit par des bulles contenus dans le fluide. Il est même possible de régler la pression du fluide pour éviter toute formation de bulle.

Pour effectuer la mesure, l’appareil envoie un rayon de lumière à travers un échantillon de fluide. Ainsi, il détecte la quantité de lumière qui passe à travers le fluide par rapport à la quantité de lumière réfléchie par les particules qu’il contient.

Les résultats avec un turbidimètre

Les résultats obtenus avec le turbidimètre sont généralement fonction de la technique de mesure utilisée. En effet, l’intensité de la lumière diffusée par de l’eau trouble est déterminée grâce à de multiples relations qui intègrent divers facteurs. Parmi ces facteurs, nous pouvons citer la quantité de matières non dissoutes, leur forme, leur taille ainsi que l’indice de réfraction. Le résultat de la mesure avec un turbidimètre est donc le cumul des résultats des différents effets des particules.

L’unité de mesure de la turbidité est le néphélomètre. Cette unité, généralement symbolisée en NFU, permet de mesurer la turbidité sous un angle de 90 degrés, avec une longueur d’onde égale à 860 nm. Un angle de diffusion de 90 degrés correspond à celui qui est moins sensible aux interférences. Ces interférences peuvent être reliées à la dimension et à la forme des particules.